Un auto-entrepreneur a-t-il droit à la sécurité sociale ?

Un auto-entrepreneur a droit à une couverture sociale complète, quel que soit le chiffre d'affaires réalisé.

A quelle caisse sociale un auto-entrepreneur est-il affilié ?

Activité unique

Un auto-entrepreneur qui exerce une activité artisanale, commerciale ou libérale non réglementée est affilié à l'URSSAF.

En revanche, un auto-entrepreneur qui exerce une activité libérale réglementée est affilié à la CIPAV pour son assurance retraite et à l'URSSAF pour son assurance maladie.

Cela concerne les professions suivantes :

  • médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, auxiliaire médical, psychothérapeutes, psychologues, ergothérapeutes, ostéopathes, diététicien
  • architecte, géomètre, ingénieur-conseil, économiste de la construction
  • artiste non mentionné à l'article L. 382-1 du Code de la sécurité sociale
  • vétérinaire
  • moniteur de ski titulaire d'un brevet d'État et guide de haute-montagne
  • notaire, huissier de justice, personne ayant la qualité de commissaire-priseur judiciaire ou habilité à diriger les ventes dans les conditions prévues à l'article L. 321-4 du code de commerce, syndic ou administrateur et liquidateur judiciaire agréé, greffier, expert devant les tribunaux, personne bénéficiaire de l'agrément prévu par l'article L. 472-1 du code de l'action sociale et des familles, courtier en valeurs, arbitre devant le tribunal de commerce.
  • expert automobile
  • guide et conférencier
  • traducteur

Cumul d'activités

Un auto-entrepreneur qui exerce en parallèle une activité de salarié ou de fonctionnaire doit cotiser à l'URSSAF sur la base de ses deux revenus (activité indépendante et salariée/fonctionnaire).

Cependant, le droit aux prestations maladie et maternité sera uniquement ouvert dans le régime le plus ancien.

Que comprend la couverture sociale de l'auto-entrepreneur ?

Un auto-entrepreneur bénéficie d'une couverture sociale complète :

  • santé : maladie, maternité, indemnités journalières (sauf pour les professions libérales réglementées),
  • allocations familiales,
  • retraite : régime de base et régime complémentaire obligatoire,
  • prévoyance : invalidité, décès.

A l'inverse d'un salarié, un auto-entrepreneur ne cotise pas à Pôle emploi ; il ne peut donc pas bénéficier d'allocations chômage en cas de cessation d'activité, sauf dans certaines conditions restrictives.

Remboursement des frais médicaux

Les frais de santé d'un auto-entrepreneur sont pris en charge par la Sécurité sociale, dans des conditions identiques à celles des autres indépendants :

  • 80 % pour les dépenses d'hospitalisation
  • 70 % pour les consultations médicales et les examens radiologiques
  • de 65 % à 30 % pour les médicaments (100 % pour certains médicaments reconnus comme irremplaçables et particulièrement coûteux)
  • 60 % pour les dispositifs médicaux (à l'exception des prothèses oculaires et faciales, des orthoprothèses et des véhicules pour handicapé physique (VHP) pris en charge à 100 %)
  • 60 % pour les soins infirmiers, les actes de kinésithérapie, les analyses biologiques.

Indemnisation en cas de maternité ou de paternité

En cas de maternité ou de paternité (naissance ou adoption), un auto-entrepreneur peut bénéficier des allocations suivantes :

  • indemnité journalière forfaitaire d'interruption d'activité
  • allocation forfaitaire de repos maternel

Indemnité journalière forfaitaire d'interruption d'activité

L'indemnité journalière forfaitaire d'interruption d'activité est versée de 44 à 104 jours d'arrêt pour une grossesse et pendant 86 jours pour une adoption.

Seule condition : l'activité professionnelle doit être interrompue pendant au moins 44 jours consécutifs, dont au moins 14 jours doivent immédiatement précéder la date présumée d'accouchement.

Les indemnités journalières en cas de congé maternité sont versées pour un minimum de 56 jours et un maximum :

  • de 26 semaines (112 jours) ;
  • de 34 semaines (238 jours) en cas de naissances de jumeaux (46 semaines au-delà de 3 enfants) ;
  • durant 30 jours supplémentaires, fractionnables en période de 15 jours, en cas de grossesse pathologique.

Jours d'arrêt 56 jours (minimum) 112 jours 142 jours (grossesse / état pathologique) 238 jours (jumeaux)
Maximum 3 155,60 € 6 311,20 € 8 001,70 € 13 411,30 €

Allocation forfaitaire de repos maternel

Un auto-entrepreneur perçoit l'allocation forfaitaire de repos maternel en deux fois : une première moitié à la fin du 7e mois de grossesse, la deuxième moitié après l'accouchement.

L'allocation forfaitaire de repos maternel s'élève à :

  • En cas de naissance: 3 428 € en 2020
  • En cas d'adoption : 1 714 € en 2020

Grossesse ou accouchement pathologique

Un auto-entrepreneur qui rencontre des problèmes de santé pendant sa grossesse ou au cours de l'accouchement bénéficie de 30 jours de congé supplémentaires.

Ces congés sont fractionnables en période de 15 jours, de congé maternité pouvant être pris dès la déclaration de grossesse, soit un montant de 1 690,50 € en 2020.

Indemnisation en cas de maladie

Conditions à respecter

Un auto-entrepreneur peut percevoir des indemnités journalières en cas de maladie, s'il remplit les conditions suivantes :

  • être artisan, commerçant ou exercer une activité libérale non réglementée ;
  • être en activité ou en maintien de droit, à la date du constat médical de l'incapacité de travail ;
  • être affilié depuis un an à un régime obligatoire d'assurance maladie ;
  • avoir plus de 3 982,80 € par an de revenu annuel moyen pour les 3 dernières années (sauf pour les auto-entrepreneurs payant une cotisation minimale indemnité journalière).

Depuis le 1er janvier 2020, l'auto-entrepreneur n'est plus obligé d'être à jour de ses cotisations d'assurance maladie pour pouvoir bénéficier des indemnités journalières en cas de maladie. L'acquittement partiel des cotisations entraîne toutefois une diminution des indemnités journalières car elles sont calculées sur les cotisations acquittées.

L'indemnité journalière maladie est calculée en fonction du revenu professionnel de l'auto-entrepreneur : IJ = 1/730 X Revenu annuel moyen des 3 dernières années.

En cas de prolongation de l'arrêt de travail initial pour la même affection ou le même accident, ou en cas de nouvel arrêt de travail, sans qu'il y ait eu de reprise du travail depuis le précédent arrêt, l'indemnité journalière maladie est calculée sur la base du revenu annuel moyen des 3 années civiles précédant la date de l'arrêt de travail initial.

Application d'un délai de carence

Les premiers jours de maladie ne seront pas indemnisés. Le versement des indemnités journalières ne débute qu'une fois un délai de carence écoulé.

Les indemnités journalières sont versées après un délai de carence de (samedi et dimanche inclus) :

  • 3 jours en cas de maladie ou d'accident nécessitant un arrêt supérieur à 7 jours (versement à partir du 4e jour inclus) ;
  • 7 jours, en cas de maladie ou d'accident (versement à partir du 8e jour inclus) ;
  • 3 jours, en cas d'hospitalisation ou d'arrêt supérieur à 7 jours (versement à partir du 4e jour inclus).

Il n'y a pas de délai de carence en cas de :

  • nouvel arrêt en rapport avec la même affection de longue durée (ALD),
  • nouvel arrêt de travail à la suite du même accident,
  • grossesse pathologique,
  • temps partiel thérapeutique.

Montant des indemnités journalières

Le montant des indemnités journalières correspond à 1/730 du revenu moyen des 3 dernières années.

Elles sont comprises entre 5,46 € et 56,35 € par jour pour l'année 2020 (correspondant au plafond annuel de la sécurité sociale/730).

Pour le conjoint collaborateur, l'indemnité journalière est constituée d'un montant forfaitaire de 22,54 € pour l'année 2020.

Procédure à suivre

L'auto-entrepreneur qui souhaite percevoir des indemnités journalières maladie doit envoyer à son agence de Sécurité sociale, l'arrêt de travail établi par son médecin traitant dans un délai de 48 heures.

Il est nécessaire que le motif médical soit inscrit sur l'imprimé d'arrêt de travail pour que l'arrêt ne soit pas rejeté et l'indemnisation refusée.

Vous ne savez pas où chercher ? Nous pouvons vous orienter vers la page ou le guide qui répond à votre question.