Obtenir le remboursement d'un compte-courant d'associé - Assistance juridique entreprise gratuite
Restauration
rapide
Gîte et
chambre
d'hôtes
Services à la
personne
E-commerce
Recouvrer
une dette
Rémunérer un
gérant de SARL
Gérer un
compte courant
d'associé
Dividendes :
mode d'emploi
Réaliser une
assemblée
annuelle de
SARL
Céder des
parts
de SARL
Céder un fonds
de commerce
Rompre un bail
commercial
Dissoudre une
SARL
Démission d'un
gérant de SARL
10 astuces
pour éviter
les impayés
Organiser une
manifestation
artistique
Créer
une SARL
Révoquer un
gérant de SARL
Augmenter le
capital d'une
SARL
Remplir la
déclaration de
TVACA12
Modifier les
statuts d'une
SARL
Céder un bail
commercial
Dissoudre une
EURL
Formalités de
création
d'une SARL
Rédiger des
statuts de
SARL
Coiffure
Sous-louer un
bail commercial
Conclure un
contrat de
location-
gérance
Nommer le
gérant
d'une SARL
Se défendre
devant les
prud'hommes
Modifier un
contrat de
travail

Renouveler une
période d'essai

Rupture
amiable

Rompre une
période d'essai

Rompre un
contrat
d'apprentissage
Rupture
conventionnelle
Rompre un
CDD

Contester un
licenciement

Blâme et
avertissement
Mise à pied
disciplinaire :
mode d'emploi
Rétrogradation
disciplinaire
Mutation
disciplinaire
Licenciement
pour faute
Sanctionner un
salarié

Donner sa
démission

Obtenir le remboursement d'un compte-courant d'associé


En principe, un associé peut demander à tout moment le remboursement intégral de son compte courant. Comment doit-il procéder ?



Demande de remboursement d'un compte courant d'associé : apporter la preuve de la qualité d'associé

L'apport en compte courant d'associé est lié à la qualité d'associé, ce dernier devant être en mesure de prouver cette qualité. L'épouse, même mariée sous le régime de la communauté, ne peut donc pas demander le remboursement du compte courant d'associé dont son mari était le seul titulaire, car elle n'a pas la qualité d'associé.




Demande de remboursement d'un compte courant : vérifier l'existence d'une convention de blocage

L'aménagement le plus courant est le recours à une convention de blocage par laquelle les associés réalisant un apport en compte courant s'obligent, vis à vis de la société, à rendre les sommes indisponibles pour une durée déterminée.

L'associé peut toujours demander le remboursement malgré l'existence de cette convention mais engagera sa responsabilité contractuelle.

Pour limiter cette possibilité, des garanties supplémentaires se greffent souvent à cette convention, comme par exemple la « clause de cession d'antériorité » par lequel le titulaire d'un compte courant s'engage à n'exiger le remboursement des sommes qu'une fois que tous les autres créanciers ont été désintéressés.



Demande de remboursement d'un compte courant d'associé : vérifier la présence de clauses statutaires particulières

Une clause de préavis ou une clause de procédure peuvent imposer à l'associé de respecter un délai de préavis plus ou moins important ou lui imposer de respecter des formalités particulières.



Demande de remboursement d'un compte courant d'associé : vérifier le procès-verbal des assemblées générales

Une décision d'assemblée imposant le blocage des comptes courants d'associés est considérée comme entraînant une augmentation des engagements des associés et ne peut être opposée à l'associé ayant effectué l'apport en compte courant dès lors qu'elle n'a pas été prise à l'unanimité.

Dans le cas contraire, elle lui est opposable.

Guides pratiques à télécharger