Comment ouvrir un salon de coiffure ?


LES GUIDES JURIDIQUES DE L'ENTREPRISE

Ouvrir son salon de coiffure ne s'improvise pas. Diverses règles doivent en effet être respectées.

Ouvrir un salon de coiffure

1ère étape de création d'un salon de coiffure : l'obtention d'une qualification professionnelle

Le salon de coiffure doit être placé sous le contrôle effectif et permanent d'une personne justifiant d'une qualification professionnelle. Cette personne (qui peut être vous-même, l'un de vos salariés, votre conjoint collaborateur ou associé) doit être titulaire :

  • du brevet professionnel de coiffure (BP),
  • du brevet de maîtrise de la coiffure (BM),
  • du diplôme ou titre inscrit ou ayant été inscrit au répertoire national de certification professionnelle dans le même domaine que le brevet professionnel de coiffure et d'un niveau égal ou supérieur.

Une dispense de qualification pour les coiffeurs pour hommes est accordée si l'exercice de la coiffure s'effectue à titre accessoire ou en complément d'une autre profession et dans une commune de moins de 2 000 habitants.

Salon de coiffure et coiffure à domicile

Ouvrir un salon de coiffure ?

Les étapes à suivre et la réglementation à respecter

TÉLÉCHARGER

2ème étape de création d'un salon de coiffure : réalisation du stage de préparation à l'installation

La création d'une activité artisanale nécessite la réalisation d'un stage de préparation à l'installation. Il peut être réalisé jusqu'à 30 jours maximum après l'immatriculation au répertoire des métiers.

Mais il est possible de demander, sous certaines conditions, une dispense de stage de préparation à l'installation.

Cas de dispenses :

  • en cas de force majeure. La survenance d'un cas de force majeure permet d'obtenir une dispense temporaire. Le stage doit être suivi dans un délai d'un an à compter de l'immatriculation de l'entreprise,
  • en cas de formation à la gestion d'un niveau au moins égal à celui du stage (titre ou diplôme homologué de niveau 3 et comportant un enseignement en matière d'économie et de gestion d'entreprise ou le brevet de maîtrise),
  • en cas d'exercice, pendant au moins trois ans, d'une activité professionnelle requérant un niveau de connaissance au moins équivalent à celui fourni par le stage (ex. : cadre salarié, commerçant, conjoint collaborateur, etc.),
  • en cas de suivi d'une action d'accompagnement à la création/reprise d'entreprise d'au moins 30 heures, délivrée par l'un des réseaux d'aide à la création d'entreprise, sous réserve que cet accompagnement soit inscrit au répertoire national des certifications professionnelles et propose une formation à la gestion d'un niveau au moins équivalent à celui du SPI.

La demande de dispense de stage est à adresser par envoi recommandé avec avis de réception au président de la chambre de métiers et de l'artisanat du département dans lequel sera exercée l'activité, accompagnée des pièces justificatives.

L'absence de réponse dans un délai d'un mois suivant réception de la demande vaut acceptation de la demande de dispense de stage.

3ème étape de création d'un salon de coiffure : choix du statut du salon de coiffure

Ce n'est pas uniquement la nature de votre activité qui doit motiver le choix du statut juridique de votre salon de coiffure mais divers autres critères :

  • le souci de protéger votre patrimoine personnel. Si votre souci principal est la protection de votre patrimoine personnel, vous avez tout intérêt à créer une société. En effet, sauf si vous vous êtes porté caution, les créanciers de l'entreprise ne pourront saisir que votre patrimoine professionnel,
  • la volonté de transmettre votre entreprise. Si vous comptez transmettre votre entreprise, le choix de l'entreprise individuelle s'avère le plus judicieux,
  • l'importance des besoins financiers. Lorsque vos comptes prévisionnels établissent que vous risquez de manquer de moyens financiers, le recours à des investisseurs peut s'avérer indispensable. Pour les accueillir, la création d'une société s'impose, le capital social pouvant être divisé en différentes parts. L'entreprise individuelle n'est pas prévue pour accueillir d'autres personnes,
  • le montant des bénéfices susceptibles d'être réalisés. De façon générale, plus les bénéfices sont redistribués à l'entrepreneur, plus le régime de l'impôt sur le revenu est favorable. Plus ils sont réutilisés pour l'activité de l'entreprise, plus l'impôt sur les sociétés est indiqué,
  • la complexité des règles de fonctionnement. Dans l'entreprise individuelle, les règles sont réduites au minimum. Le dirigeant prend toutes les décisions et engage sa responsabilité en cas d'erreur. Dans la société, le dirigeant doit observer un certain formalisme pour chacune des décisions qu'il prend, celui-ci n'étant que le mandataire de la société. Pour tous les actes importants, il devra aussi obtenir l'approbation des autres associés.

4ème étape de création d'un salon de coiffure : formalités d'immatriculation du salon de coiffure

Si vous avez choisi de créer une société, les formalités sont plus complexes et peuvent nécessiter l'aide d'un avocat :

  • Vous allez devoir procéder à la rédaction des statuts.
  • Une annonce doit ensuite être publiée dans un journal d'annonces légales puis être jointe à votre dossier de création.

Si vous avez choisi de créer une entreprise individuelle, les formalités sont plus simples à réaliser car cette structure ne comporte pas de capital social et n'exige pas la rédaction de statuts.

5ème étape de création d'un salon de coiffure : trouver un local

Pour trouver le local dont vous rêvez, vous disposez de plusieurs options :

  • conclure un bail commercial,
  • acheter un salon de coiffure existant, ce qui permet de bénéficier d'une clientèle existante et d'acquérir le droit au bail,
  • recourir à la location-gérance, c'est-à-dire louer un salon de coiffure pendant une certaine durée moyennant le versement d'une redevance au propriétaire, ce qui permet d'en assurer la gestion tout en évitant les frais élevés liés à son acquisition.

Guides à télécharger

Nos services

Assistant-juridique.fr

Suivez-nous