L'information juridique des entreprises, des associations, des salariés et des locataires

L'auto-entrepreneur peut-il déduire ses charges ?



A DÉCOUVRIR

En contrepartie de sa simplicité de fonctionnement, le régime de l'auto-entrepreneur est souvent plus coûteux qu'une entreprise individuelle classique.



L'auto-entrepreneur ne peut pas déduire ses charges

Quelle que soit votre soit votre option fiscale (prélèvement libératoire ou barème progressif), vous ne pouvez déduire aucune charge de votre chiffre d'affaires. C'est toujours votre chiffre d'affaires, c'est-à-dire les sommes que vous ont versées vos clients, que vous devez déclarer. Cet inconvénient résulte du fait que les charges sociales et impôts sont calculés en % du chiffre d'affaires.

Par conséquent, toutes vos dépenses professionnelles (emprunt, achats de matières premières, loyer, assurances, téléphone, frais de véhicule, cotisations sociales…) restent à votre charge.
Il en va de même pour la TVA : étant donné que vous êtes en franchise de TVA (vous ne facturez pas de TVA à vos clients), vous ne pouvez pas la récupérer

Quel que soit le montant de vos charges, les pourcentages de calcul des charges sociales et de l'imposition forfaitaire sont invariables. Vous payez donc des impôts même si vous n'avez fait aucun bénéfice ou que vous êtes en déficit. Et pourtant, l'auto-entrepreneur paye la TVA sur ses dépenses à ses fournisseurs (matériel informatique, fourniture, restaurant, etc.).

Finalement, le régime de l'auto-entrepreneur n'est adapté qu'à ceux qui envisagent d'exercer une activité nécessitant peu d'investissements et dont les charges sont très faibles voire nulles.



Les charges de l'auto-entrepreneur sont indirectement prises en compte en cas de soumission au régime micro-fiscal (barème progressif)

Si vous êtes soumis au micro-fiscal, l'administration fiscale pratique un abattement sur votre chiffre d'affaires. C'est le résultat après abattement qui sera ensuite ajouté à vos autres revenus et soumis au barème progressif.

L'abattement forfaitaire représente vos charges. Pour être gagnant, vous avez intérêt à ce que vos charges réelles soient inférieures à l'abattement pratiqué par l'administration. Celui-ci dépend de la nature de votre activité :

  • 71% du chiffre d'affaires pour les activités d'achat/revente et les activités de fourniture de logement
  • 50 % du CA pour les autres activités relevant des BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux)
  • 34 % du CA pour les BNC (Bénéfices Non Commerciaux)
Avec un minimum d'abattement de 305 euros.

SUR LE MÊME SUJET

A TÉLÉCHARGER

<

Nos services

Assistant-juridique.fr

Suivez-nous