L'information juridique des entreprises, des associations, des salariés et des locataires

Restauration
rapide
Gîte et
chambre
d'hôtes
Services à la
personne
E-commerce
Recouvrer
une dette
Subventions
associatives
Assemblées
générales
associatives
Rémunérer un
gérant de SARL
Gérer un
compte courant
d'associé
Dividendes :
mode d'emploi
Réaliser une
assemblée
annuelle de
SARL
Céder des
parts
de SARL
Céder un fonds
de commerce
Rompre un bail
commercial
Sanctionner/
exclure
l'adhérent d'une
association
Modifier les
statuts d'une
association
Rémunérer les
dirigeants d'une
association
Dissoudre une
association
Dissoudre une
SARL
Rembourser
les frais
d'un bénévole
Démission d'un
gérant de SARL
Créer une
association
loi 1901
Recevoir des
dons
Rédiger les
statutsd'une
association
loi 1901
10 astuces
pour éviter
les impayés
Organiser une
manifestation
artistique
Créer
une SARL
Révoquer un
gérant de SARL
Désigner les
dirigeants d'une
association
Augmenter le
capital d'une
SARL
Révoquer le
dirigeant d'une
association
Remplir la
déclaration de
TVACA13
Modifier les
statuts d'une
SARL
Céder un bail
commercial
Dissoudre une
EURL
Organiser une
loterie
associative
Réussir son
assemblée
générale
constitutive
Organiser une
manifestation
sportive
Créer
une association
loi 1908
Formalités de
création
d'une SARL
Transférer le
siège social
d'une
association
Rédiger des
statuts de
SARL
Coiffure
Déclarer une
association
loi 1901
Sous-louer un
bail commercial
Conclure un
contrat de
location-
gérance
Ouvrir une
buvette
associative
Rédiger les
statuts d'une
association
loi 1908
Nommer le
gérant
d'une SARL
Enregistrer
une association
loi 1908
Démission du
dirigeant d'une
association
Se défendre
devant les
prud'hommes
Modifier un
contrat de
travail

Renouveler une
période d'essai

Rupture
amiable

Rompre une
période d'essai

Rompre un
contrat
d'apprentissage
Rupture
conventionnelle
Rompre un
CDD

Contester un
licenciement

Blâme et
avertissement
Mise à pied
disciplinaire :
mode d'emploi
Rétrogradation
disciplinaire
Mutation
disciplinaire
Licenciement
pour faute
Sanctionner un
salarié

Donner sa
démission

Relance d'un impayé par téléphone : règles à respecter


La relance téléphonique est une des méthodes pouvant être mises en oeuvre lors d'un recouvrement amiable. Le plus souvent, la relance téléphonique permet au créancier ou à la société de recouvrement qu'il mandate de prendre connaissance des raisons du défaut de paiement et de la situation générale du débiteur, éventuellement de négocier un paiement (délais, mensualités…).



L'auteur de la relance téléphonique

Qui peut relancer le débiteur par téléphone ? Le créancier, une société de recouvrement ou un huissier de justice peuvent relancer le débiteur par téléphone. De tels appels doivent cependant être envisagés avec la plus extrême prudence, le créancier ou son mandataire pouvant facilement se placer hors la loi.



La multiplication des relances téléphoniques

Il arrive que le créancier ou la société de recouvrement procèdent à de nombreux appels téléphoniques agressifs, menaçants et destinés à faire pression sur le débiteur. Certaines sociétés de recouvrement procèdent même à des appels masqués ou utilisent des robots automatiques d'appel.

Dans tous les cas, ces pratiques peuvent être sanctionnées par l'article 222-16 du Code pénal, qui prévoit que « Les appels téléphoniques malveillants réitérés, les envois réitérés de messages malveillants émis par la voie des communications électroniques ou les agressions sonores en vue de troubler la tranquillité d'autrui sont punis d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende ».

L'infraction est constituée dès le second appel, quelle que soit la durée ou l'heure des appels (même si les appels ont lieu à des dates différentes) ainsi que leur origine, que le débiteur ait décroché ou non, dès lors que l'instruction démontre une origine unique (les appels sont effectués par la même personne physique ou morale mais pas forcément par le même numéro d'origine). Pour cela, le débiteur doit prendre soin de noter :

  • la date et l'heure de chaque appel ;
  • la durée de chaque appel ;
  • le numéro d'origine de chaque appel (si non masqué). L'utilisation d'un numéro masqué est une précaution inutile, les opérateurs téléphoniques étant en mesure de fournir les numéros d'origine des appels sur sollicitation du juge ;
  • et, éventuellement d'enregistrer la conversation (dictaphone...).



La personne contactée

Certains créanciers ou sociétés de recouvrement n'hésitent pas à contacter les parents, amis, collègues et clients du débiteur afin de prévenir ceux-ci de la situation et obtenir de leur part un financement. Ces pratiques peuvent constituer divers types d'abus :

  • du harcèlement moral, réprimé par l'article 222-33-2 du code pénal ;
  • en cas de divulgation d'informations, une atteinte à la vie privée, réprimée par l'article 226-1 du code pénal ;
  • si la personne contactée est en état de faiblesse (personne âgée, malade, handicapée…), le débiteur pourra aussi invoquer l'abus de faiblesse selon les termes de l'article 223-15-2 du code pénal.

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Guides pratiques à télécharger