Une association peut-elle souscrire un crédit en ligne ?

Une association a la possibilité de souscrire un crédit en ligne en cas de demande urgente de financement.

Quand une association doit-elle recourir à un crédit en ligne ?

La souscription d'un crédit en ligne ne constitue pas une opération particulièrement risquée pour une association.

Un découvert ponctuel entraîne souvent des intérêts (selon les conditions générales de la banque) et des commissions qui peuvent rapidement atteindre un montant important.

C’est de très loin la solution la plus onéreuse et la plus risquée. Elle peut mener jusqu’à l’interdiction bancaire si l'association commence à émettre des chèques sans disposer de la trésorerie nécessaire (chèques sans provision).

Or, la souscription d'un crédit en ligne s'avère souvent moins onéreuse car le taux appliqué est moins élevé que celui des conditions générales.

Son renouvellement, sa durée ou le montant des intérêts liés peuvent être négociés par l'association, en fonction de l'évolution de sa situation et, plus particulièrement, de ses ressources.

Quels sont les établissements qui acceptent d'octroyer des crédits en ligne aux associations ?

Les banques en ligne (Fortuneo, Hello Bank, ING, Orange Bank, BforBank, Monabanq...) ne disposent pas d’offres destinées aux associations.

Seules les banques traditionnelles proposent des crédits en ligne pour financer un équipement ou du matériel associatif.

Plusieurs d'entre elles ont développé des offres s'adressant spécifiquement aux associations : Société Générale, LCL, Crédit mutuel...

Et pour faciliter les négociations et augmenter ses chances de succès, il vaut mieux ouvrir un compte bancaire auprès du même établissement bancaire.

Comment l'association doit-elle présenter sa demande de crédit en ligne ?

L'association doit commencer par déterminer précisément le montant dont elle a besoin et étudier ses capacités de remboursement en analysant ses résultats antérieurs et le budget prévisionnel, le cas échéant avec l’appui de son expert comptable.

Il y a des chances que l'établissement bancaire demande à l'association de réaliser un plan de financement prévisionnel (sur le même nombre d’années que le remboursement de l’emprunt) montrant sa capacité financière à le rembourser.

Si le montant demandé est important, il est probable que le crédit octroyé par la banque soit conditionné à la désignation d'une caution (souvent le Président de l'association), qui sera tenu de rembourser les mensualités à la place de l'association en cas de difficultés financières.

En cas de décision négative, l'association peut se rapprocher d'autres banques ou s'adresser à la médiation du crédit de son ressort.

Ce dernier n'a pas le pouvoir de contraindre un établissement à octroyer un prêt à l'association mais a simplement pour objectif d'aider l'association et l'établissement à trouver une décision qui leur convienne à tous les 2.

Une autre façon de faire consiste pour l'un des membres de l'association à souscrire personnellement un crédit à la consommation.

C'est parfois la seule solution lorsque les difficultés rencontrées par l'association rendent peu probable l'obtention d'un crédit.

Plusieurs plateformes, parmi lesquelles lafederation.org, permettent de comparer rapidement les taux d'intérêts des plus grandes banques françaises.

Faut-il faire valider le crédit en ligne par l'assemblée générale ?

L'association doit impérativement respecter ses statuts en veillant à ce que la décision d'emprunt soit validée par l'organe compétent.

S'ils ne prévoient rien, l'assemblée générale, doit autoriser l'emprunt et habiliter la personne qui tient le compte de l'association à signer le contrat de prêt.

La délibération doit porter sur les besoins de financement et sur les modalités de collecte. Il faut y préciser le montant du prêt, le calendrier des remboursements et, éventuellement, les conditions d'appel auprès d'autres associations voire des adhérents.

Une association reconnue d'utilité publique doit faire approuver par l'assemblée générale la délibération du conseil d'administration relative aux emprunts et obtenir du préfet une approbation administrative.