Comment mettre en place la comptabilité d'une entreprise ? - Assistance juridique entreprise gratuite
Restauration
rapide
Gîte et
chambre
d'hôtes
Services à la
personne
E-commerce
Recouvrer
une dette
Rémunérer un
gérant de SARL
Gérer un
compte courant
d'associé
Dividendes :
mode d'emploi
Réaliser une
assemblée
annuelle de
SARL
Céder des
parts
de SARL
Céder un fonds
de commerce
Rompre un bail
commercial
Dissoudre une
SARL
Démission d'un
gérant de SARL
10 astuces
pour éviter
les impayés
Organiser une
manifestation
artistique
Créer
une SARL
Révoquer un
gérant de SARL
Augmenter le
capital d'une
SARL
Remplir la
déclaration de
TVACA12
Modifier les
statuts d'une
SARL
Céder un bail
commercial
Dissoudre une
EURL
Formalités de
création
d'une SARL
Rédiger des
statuts de
SARL
Coiffure
Sous-louer un
bail commercial
Conclure un
contrat de
location-
gérance
Nommer le
gérant
d'une SARL
Se défendre
devant les
prud'hommes
Modifier un
contrat de
travail

Renouveler une
période d'essai

Rupture
amiable

Rompre une
période d'essai

Rompre un
contrat
d'apprentissage
Rupture
conventionnelle
Rompre un
CDD

Contester un
licenciement

Blâme et
avertissement
Mise à pied
disciplinaire :
mode d'emploi
Rétrogradation
disciplinaire
Mutation
disciplinaire
Licenciement
pour faute
Sanctionner un
salarié

Donner sa
démission

Comment mettre en place la comptabilité d'une entreprise ?


Tenir soi-même sa comptabilité est tout à fait possible. Vous devez simplement veiller à respecter toutes les étapes pour mettre en place une comptabilité complète et respectueuse de la réglementation.



Choisir entre une comptabilité d'engagement et une comptabilité de trésorerie

La plupart des grandes entreprises commerciales ont l'obligation d'adopter une comptabilité d'engagement. Les autres ont le choix entre la comptabilité d'engagement et la comptabilité de trésorerie. C'est notamment le cas :

  • des entreprises agricoles relevant du régime réel simplifié ;
  • des professions libérales imposées dans la catégorie des BIC et relevant du régime de la déclaration contrôlée ;
  • des entreprises individuelles imposées dans la catégorie des BIC et relevant du régime réel simplifié.

Comment choisir ? La comptabilité de trésorerie est beaucoup plus simple mais ne permet pas de suivre le niveau exact de la trésorerie de l'entreprise. En effet, les créances et les dettes peuvent n'être comptabilisées qu'en fin d'exercice. Cela ne pose pas de difficultés si l'essentiel de vos transactions s'effectuent au comptant. Mais dès lors que vous accordez des délais de paiement à vos clients et que vous souhaitez surveiller que leurs dettes ont bien été payées, l'adoption d'une comptabilité d'engagement s'avère nécessaire.

Votre choix n'est pas irréversible. Vous pouvez commencer par vous familiariser avec la comptabilité en utilisant une comptabilité de trésorerie. Puis une fois que vous êtes à l'aise (ou une fois que vous aurez franchi le seuil vous y obligeant), vous pourrez vous tourner vers la comptabilité d'engagement.



Le classement des pièces comptables d'une entreprise

Toutes les pièces justificatives doivent être conservées sous leur forme originale. Votre méthode de classement doit également vous permettre de faire la liaison entre la pièce justificative et son écriture comptable.

Pour vous permettre de retrouver facilement l'écriture correspondant à votre pièce justificative, nous vous conseillons de noter soigneusement sur cette dernière :

  • la date de saisie de l'écriture ;
  • si vous utilisez des journaux auxiliaires, le nom de celui que vous avez utilisé ;
  • le numéro que vous ou le logiciel de comptabilité avez attribué à l'écriture comptable ;
  • le numéro des comptes utilisés ainsi que le montant enregistré au débit et au crédit.




Logiciel de comptabilité ou expert-comptable ?

Un expert comptable peut se voir confier diverses tâches :

  • la délégation complète de la comptabilité (gestion de la paie, saisie des factures, recouvrement des créances...) ;
  • la vérification des comptes en fin d'année ;
  • l'établissement des déclarations fiscales ;

Son recours n'est absolument pas obligatoire. Toutefois, les adhérents à un centre de gestion agréée ont l'obligation de faire viser leur déclaration de résultat par un expert comptable pour pouvoir bénéficier des avantages fiscaux liés à leur adhésion.

Un expert-comptable a une obligation de moyens et non de résultat. Cela signifie que si vous subissez un redressement fiscal, vous ne pourrez pas vous retourner contre lui sauf si vous parvenez à prouver qu'il a commis de graves négligences dans l'exercice de ses fonctions ou une faute manifeste.



L'adhésion à un centre de gestion agréée

Les centres de gestion agréées s'adressent aux entreprises individuelles et sociétés exerçant des activités industrielles, commerciales, artisanales ou agricoles, quel que soit leur régime d'imposition.


Missions des centres de gestion agréée

Il existe des centaines de centres de gestion agréés. Certains s'adressent à toutes les entreprises et d'autres ne sont réservés qu'à certaines professions. Chacun d'eux fixe librement ses tarifs (en général entre 150 et 300 euros par an).

Leurs missions sont les suivantes :

  • l'aide à la gestion. Chaque année, votre centre vous enverra un dossier comportant des éléments chiffrés, un commentaire sur la situation économique et financière de votre entreprise ainsi qu'une analyse comparative de vos bilans et comptes de résultat.
  • la comptabilité et la fiscalité. Les centres de gestion agréées ne peuvent pas tenir votre comptabilité (sauf s'ils disposent d'une habilitation spéciale). Ils vont simplement s'assurer de la concordance, de la vraisemblance et de la cohérence entre votre déclaration de résultat et vos déclarations de taxes sur le chiffre d'affaires. A votre demande, ils peuvent aussi établir vos déclarations fiscales, si vous êtes placés sous un régime réel.
  • la formation. Diverses sessions de formation sont organisées par les centres de gestion agréé : tenue de la comptabilité, gestion de la trésorerie...


Avantages fiscaux réservés aux adhérents soumis à un régime réel d'imposition

Les entreprises imposées à l'impôt sur le revenu selon un régime réel d'imposition (réel simplifié ou réel normal) sont fortement encouragées à adhérer à un centre de gestion agréée, sous peine :

  • De se voir appliquer une majoration de 25% du bénéfice imposable. Les entreprises adhérentes ou ayant recours à un expert comptable, à une société d'expertise comptable, à un organisme mixte de gestion, ou à une association de gestion et de comptabilité ayant signé une convention avec l'administration fiscale ne subissent pas cette majoration.
    L'année de création, l'entreprise sera dispensée de majoration si elle a adhéré dans les cinq mois suivant l'ouverture de son exercice. Les années suivantes, l'adhésion doit concerner toute la durée de l'exercice comptable.
  • De ne pouvoir bénéficier d'une réduction d'impôt pour frais de comptabilité et d'adhésion. Soumise à une double limite de 915 euros par an et des deux tiers des dépenses exposées pour la tenue de la comptabilité et pour l'adhésion au centre, elle est réservée aux entreprises normalement soumises au régime de la micro-entreprise mais qui ont opté pour un régime réel d'imposition.

Guides pratiques à télécharger