Les primes d'assurance sont-elles déductibles ?

La plupart des primes d'assurance payées par l'entreprise sont déductibles de son bénéfice imposable.

Principe

Les primes d'assurances sont déductibles lorsqu'elles sont destinées à couvrir un risque dont la réalisation entraînerait :

  • la perte d'un élément d'actif (incendie, inondations, bris de glace) ;
  • ou une charge d'exploitation (responsabilité civile à l'égard d'un tiers : responsabilité professionnelle, responsabilité du fait des préposés, responsabilité en cas d'accidents causés par les véhicules appartenant à l'entreprise ou employés par elle et utiles à son fonctionnement, garantie décennale, insolvabilité des clients).

Cas spécifiques

Assurance-vie au bénéfice de l'entreprise sur la tête d'un dirigeant

Les primes ne sont pas déductibles des résultats des exercices au cours desquels les dépenses correspondantes ont été engagées, mais sont retranchées du résultat de l'exercice au titre duquel le capital est perçu soit lors de la réalisation du risque (décès, invalidité, accident), soit lors de l'expiration du contrat.

Contrats d'assurance pour perte d'exploitation « homme clé »

La déduction des primes est subordonnée aux conditions suivantes :

  • le bénéficiaire de l'assurance « homme clé » doit être l'entreprise. Cette désignation du bénéficiaire doit être irrévocable ;
  • le risque assuré consiste en la perte pécuniaire consécutive au décès ou à l'incapacité (d'une durée au moins égale à 3 mois) de « l'homme clé » assuré. À cet égard, sont exclus les contrats d'assurance en cas de décès dont le capital est prédéterminé ;
  • l'indemnité versée, en cas de réalisation du sinistre, est effectivement fixée en fonction de la perte d'exploitation subie (par exemple, application d'un taux de marge brute à la baisse du chiffre d'affaires constatée) ;
  • l'entreprise doit perdre définitivement la disposition des primes versées.

Lorsque les contrats « homme clé » réunissent l'ensemble des conditions requises, les primes correspondantes constituent des charges d'exploitation déductibles de l'exercice en cours à la date de leur échéance.

Assurance-vie destinée à garantir le remboursement d'un emprunt

Si le contrat est souscrit librement, sans que l'organisme de prêt l'ait exigé, l'opération est considérée comme un placement. Les primes ne sont pas déductibles des résultats des exercices au cours desquels les dépenses ont été engagées mais sont globalement déductibles soit du bénéfice imposable de l'exercice au cours duquel le contrat vient à expiration, soit du montant du capital versé par la compagnie si le décès survient avant l'expiration du contrat, le capital ainsi versé constituant alors un profit taxable.

Si la souscription du contrat d'assurance a été imposée par l'organisme de prêt dans le contrat ou lorsque le contrat a été souscrit directement par celui-ci sur la tête d'un dirigeant de la société emprunteuse qui lui rembourse les primes, celles-ci revêtent le caractère de charges déductibles. En revanche :

  • si la société prend en charge les primes dues au titre d'une police d'assurance-vie au profit de personnes librement désignées par le dirigeant, la société est regardée comme ayant consenti une libéralité à l'intéressé,
  • si le contrat désigne pour bénéficiaires les membres de la famille du dirigeant, mais stipule que le capital doit être versé à un notaire qui doit d'abord désintéresser la banque, les primes sont déductibles dans leur intégralité dès lors que le concours financier est nécessaire aux besoins de l'exploitation.

Assurance-vie contractée au profit du personnel

Les primes versées en exécution de contrats d'assurance-vie souscrits au profit des membres du personnel de l'entreprise (personnel subalterne, cadres dirigeants) sont déductibles dans les conditions et limites prévues pour la déduction des rémunérations, c'est-à-dire si la rémunération globale des intéressés, y compris le montant des primes, n'excède pas la rétribution normale des fonctions exercées.

Assurance pour engagements de retraite et indemnités de licenciement

Les indemnités obligatoires de départ à la retraite sont en général versées en une seule fois le jour du départ du salarié. Pour faire face à ces engagements, les entreprises peuvent choisir de conclure avec une société d'assurances un contrat garantissant le paiement des indemnités de départ à la retraite. De tels contrats peuvent également être souscrits pour les indemnités de licenciement.

Les cotisations ou primes ainsi versées sont déductibles dans les limites suivantes :

  • les primes versées correspondent au paiement d'indemnités auxquelles l'entreprise est juridiquement tenue. Il en est ainsi si ces indemnités sont prévues par les conventions collectives ou par un accord inscrit dans le règlement intérieur de l'entreprise et entrent dans le cadre d'une convention collective conforme aux dispositions du code du travail ;
  • les primes doivent satisfaire aux conditions générales de déductibilité des charges et notamment entraîner une diminution de l'actif net de l'entreprise.