Reprendre une entreprise en difficulté : avantages et inconvénients

La possibilité de reprendre une entreprise en difficulté ou défaillante est souvent négligée par les entrepreneurs. Pourtant, à condition de bien évaluer la source des difficultés de l'entreprise et son passif, l'opération permet de démarrer son activité à moindres frais.

Avantages et inconvénients


Avantages Inconvénients
Eligibilité à de nombreuses aide publiques. Clientèle déjà constituée. En cas de reprise de l'équipement, vous pouvez commencer à produire dès la reprise. Vous pourrez aussi bénéficier des conseils du cédant. Il plus simple d'évaluer le potentiel de développement de l'entreprise, celle-ci disposant déjà de bilans et de comptes de résultats. Prise en charge des coûts sociaux de restructuration par l'IGS. Difficultés pour obtenir de nouveaux produits financiers Le personnel devra s'adapter à un nouvel employeur et à de nouvelles méthodes d'exploitation, ce qui peut dégrader le climat social. Relations d'affaire perturbées.

L'importance de la procédure collective à laquelle l'entreprise fait face

L'occasion de reprendre une entreprise se présente le plus souvent après qu'elle ait déposé le bilan. Le tribunal de commerce va opter pour l'ouverture d'une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire et nommer, dans le premier cas, un administrateur judiciaire et dans le second un liquidateur.

Si le tribunal ouvre une procédure de redressement judiciaire, sa décision signe le début de la période d'observation. A partir de celle-ci et jusqu'à une date déterminée par l'administrateur, des offres de cession ou de continuation peuvent être présentées.

En cas d'ouverture d'une procédure de liquidation judiciaire, le liquidateur va fixer deux dates pendant lesquelles les offres de reprise sont recevables.

L'offre est ensuite déposée au greffe du Tribunal de commerce. Son auteur est juridiquement lié jusqu'à la décision du tribunal.

En cas de besoin, notre partenaire peut vous accompagner dans la cession de votre fonds de commerce : cédez votre fonds en quelques clics.

Reprendre l'entreprise en intégralité ou seulement son actif ?

La reprise de l'intégralité de l'entreprise

Dans cette hypothèse, le repreneur va acheter l'entreprise avec son passé, c'est-à-dire avec son passif (dettes fiscales et sociales, créances, emprunts...) et son actif. Un audit est alors indispensable pour évaluer l'étendue exacte du passif de l'entreprise, tout n'étant pas visible dans le bilan. Pour éviter de mauvaises surprises, il est recommandé d'inclure une clause de garantie de passif dans le contrat de cession.

La reprise de l'actif

La reprise de l'actif est un mode de reprise plus sécurisant, le repreneur pouvant repartir sur de nouvelles bases. Celui-ci rachète uniquement les moyens de production, le fonds de commerce, le matériel, les murs et les stocks. Il ne récupère pas les créances, les dettes fiscales et sociales ou les emprunts du cédant.