Restauration
rapide
Gîte et
chambre
d'hôtes
Services à la
personne
E-commerce
Recouvrer
une dette
Subventions
associatives
Assemblées
générales
associatives
Rémunérer un
gérant de SARL
Gérer un
compte courant
d'associé
Dividendes :
mode d'emploi
Réaliser une
assemblée
annuelle de
SARL
Céder des
parts
de SARL
Céder un fonds
de commerce
Rompre un bail
commercial
Sanctionner/
exclure
l'adhérent d'une
association
Modifier les
statuts d'une
association
Rémunérer les
dirigeants d'une
association
Dissoudre une
association
Dissoudre une
SARL
Rembourser
les frais
d'un bénévole
Démission d'un
gérant de SARL
Créer une
association
loi 1901
Recevoir des
dons
Rédiger les
statutsd'une
association
loi 1901
10 astuces
pour éviter
les impayés
Organiser une
manifestation
artistique
Créer
une SARL
Révoquer un
gérant de SARL
Désigner les
dirigeants d'une
association
Augmenter le
capital d'une
SARL
Révoquer le
dirigeant d'une
association
Remplir la
déclaration de
TVACA13
Modifier les
statuts d'une
SARL
Céder un bail
commercial
Dissoudre une
EURL
Organiser une
loterie
associative
Réussir son
assemblée
générale
constitutive
Organiser une
manifestation
sportive
Créer
une association
loi 1908
Formalités de
création
d'une SARL
Transférer le
siège social
d'une
association
Rédiger des
statuts de
SARL
Coiffure
Déclarer une
association
loi 1901
Sous-louer un
bail commercial
Conclure un
contrat de
location-
gérance
Ouvrir une
buvette
associative
Rédiger les
statuts d'une
association
loi 1908
Nommer le
gérant
d'une SARL
Enregistrer
une association
loi 1908
Démission du
dirigeant d'une
association
Se défendre
devant les
prud'hommes
Modifier un
contrat de
travail

Renouveler une
période d'essai

Rupture
amiable

Rompre une
période d'essai

Rompre un
contrat
d'apprentissage
Rupture
conventionnelle
Rompre un
CDD

Contester un
licenciement

Blâme et
avertissement
Mise à pied
disciplinaire :
mode d'emploi
Rétrogradation
disciplinaire
Mutation
disciplinaire
Licenciement
pour faute
Sanctionner un
salarié

Donner sa
démission

La rémunération de l'artiste : paiement au cachet ou à l'heure ?


Un artiste fournissant une prestation artistique doit être rémunéré au cachet ou au nombre d'heures travaillées (ceci est relatif, la plupart des conventions collectives n'autorisant qu'une rémunération au cachet). Un technicien ou un artiste ne fournissant qu'une prestation d'animation (rencontre, sensibilisation…) ou de formation ne peut être rémunéré qu'à l'heure effectuée.



Le paiement des artistes au cachet

Les conventions collectives du spectacle prévoient, pour les représentations, un paiement obligatoire au cachet. Le cachet est une rémunération forfaitaire indépendante du nombre d'heures réellement effectuées par l'artiste. Il constitue un forfait qui lors de l'examen des droits au régime d'assurance chômage des intermittents est équivalent à :

  • 12 heures (cachets dit isolés) pour les contrats de moins de 5 jours.
  • 8 heures (cachets dit groupés) pour les contrats supérieurs ou égaux à 5 jours.

Doivent obligatoirement être payées en cachet :

  • les heures de représentation effectuées par les artistes ;
  • les heures de répétition effectuées par des artistes pour lesquelles la convention collective ne rend possible que le paiement en cachet.

Le paiement au cachet n'est réservé qu'aux artistes, un technicien ne peut jamais être payé au cachet. Cela a une incidence en terme de cotisations, puisqu'elles ne sont pas les mêmes.

Qu'est-ce que le paiement à la pige ?

Le paiement à la pige est réservé aux techniciens du spectacle. La pige obéit aux mêmes règles que le cachet.

La pige est infractionnable : un service commencé doit donc être payé en intégralité même si le nombre d'heures réellement effectuées est inférieur. Ainsi un technicien effectuant 6 heures de travail devra être payé 8 heures qui devront être déclarées au Pôle Emploi.

Même lorsque le technicien est rémunéré à la pige, sa rémunération ne pourra être inférieure au SMIC multiplié par le nombre d'heures de travail qu'il a réellement effectuées. De plus, le temps de travail sur une journée ne doit pas dépasser la durée légale autorisée (10h). Par conséquent, comptabiliser seize heures sur une journée équivaut à un dépassement en droit du travail. Il faudra donc limiter le travail à une pige par jour.


Les heures de représentation

Lorsque la période d'emploi est inférieure à cinq jours consécutifs (cachet isolé) chez le même employeur, on considère qu'un cachet est égal à minimum 12 SMIC horaire, soit 12 x 9,61 € = 115,32 € au 1er janvier 2015. Lorsque la période d'emploi est supérieure (cachet groupé), la cachet minimum à verser est de 8 x le SMIC horaire, soit 8 x 9,61 € = 76,88 €.

Il est toutefois possible que la convention collective prévoit un salaire minimum différent, auquel cas l'employeur devra l'appliquer s'il est plus favorable au salarié.


Les heures de répétition

Pour les répétitions, selon la convention collective et selon la nature de l'emploi de l'artiste, l'employeur devra soit verser un cachet, soit verser un service de répétition.

Lorsque la convention collective prévoit un paiement en services, elle précise généralement qu'un service de répétition est égal à tant d'heures de travail (3 ou 4 heures). Celui-ci est infractionnable : un service commencé doit donc être payé en intégralité même si le nombre d'heures réellement effectués est inférieur. Prenons l'exemple d'un employeur dont la convention collective prévoit qu'un service de répétition équivaut à 4 heures. Ainsi un artiste effectuant 6 heures de répétition devra être payé deux services de répétition de 4h et ce sont 8 heures qui devront être déclarées au Pôle Emploi.

De plus, les conventions limitent généralement le nombre et le temps des services de répétition qu'un artiste peut effectuer. L'employeur devra ensuite consulter la grille de salaire correspondante au type d'artiste (artiste interprète, artiste dramatique, musicien,…) pour connaître le montant des services de répétition.

A noter que le Pôle Emploi laisse le soin à l'employeur et au salarié de négocier le paiement des répétitions en services ou en cachets. La décision devra être indiquée sur le contrat de travail et être conforme à la convention collective.



Le paiement des artistes à l'heure

Doivent obligatoirement être payés à l'heure :

  • les artistes effectuant une prestation d'animation ou de formation ;
  • les heures de répétition des artistes pour lesquels la convention collective de l'employeur ne rend possible que le paiement en heures.
Les artistes payés à l'heure sont rémunérés au SMIC horaire comme les salariés classiques. Les conventions collectives peuvent prévoir un salaire minimum plus élevé.



Guides pratiques à télécharger