Restauration
rapide
Gîte et
chambre
d'hôtes
Services à la
personne
E-commerce
Recouvrer
une dette
Subventions
associatives
Assemblées
générales
associatives
Rémunérer un
gérant de SARL
Gérer un
compte courant
d'associé
Dividendes :
mode d'emploi
Réaliser une
assemblée
annuelle de
SARL
Céder des
parts
de SARL
Céder un fonds
de commerce
Rompre un bail
commercial
Sanctionner/
exclure
l'adhérent d'une
association
Modifier les
statuts d'une
association
Rémunérer les
dirigeants d'une
association
Dissoudre une
association
Dissoudre une
SARL
Rembourser
les frais
d'un bénévole
Démission d'un
gérant de SARL
Créer une
association
loi 1901
Recevoir des
dons
Rédiger les
statutsd'une
association
loi 1901
10 astuces
pour éviter
les impayés
Organiser une
manifestation
artistique
Créer
une SARL
Révoquer un
gérant de SARL
Désigner les
dirigeants d'une
association
Augmenter le
capital d'une
SARL
Révoquer le
dirigeant d'une
association
Remplir la
déclaration de
TVACA13
Modifier les
statuts d'une
SARL
Céder un bail
commercial
Dissoudre une
EURL
Organiser une
loterie
associative
Réussir son
assemblée
générale
constitutive
Organiser une
manifestation
sportive
Créer
une association
loi 1908
Formalités de
création
d'une SARL
Transférer le
siège social
d'une
association
Rédiger des
statuts de
SARL
Coiffure
Déclarer une
association
loi 1901
Sous-louer un
bail commercial
Conclure un
contrat de
location-
gérance
Ouvrir une
buvette
associative
Rédiger les
statuts d'une
association
loi 1908
Nommer le
gérant
d'une SARL
Enregistrer
une association
loi 1908
Démission du
dirigeant d'une
association
Se défendre
devant les
prud'hommes
Modifier un
contrat de
travail

Renouveler une
période d'essai

Rupture
amiable

Rompre une
période d'essai

Rompre un
contrat
d'apprentissage
Rupture
conventionnelle
Rompre un
CDD

Contester un
licenciement

Blâme et
avertissement
Mise à pied
disciplinaire :
mode d'emploi
Rétrogradation
disciplinaire
Mutation
disciplinaire
Licenciement
pour faute
Sanctionner un
salarié

Donner sa
démission

Auto-entrepreneur et gérant en liquidation judiciaire


Gérant en redressement ou en liquidation judiciaire frappé ou non d'une interdiction de gérer, vous souhaitez relancer une activité sous le statut d'auto-entrepreneur. Est-ce possible ?



Si vous êtes frappé d'une interdiction de gérer

A la suite d'un redressement ou d'une liquidation judiciaire, il est fréquent que le Tribunal prononce une interdiction de gestion pour abus de biens sociaux, fausses factures ou délit de favoritisme …

Cette interdiction s'étend au statut d'auto-entrepreneur (réponse ministérielle du 20 septembre 2011, JOAN Q. n°107215), même si n'étant inscrit ni au Registre du commerce et des sociétés, ni au répertoire des métiers, vous n'avez pas le statut de dirigeant ou de gérant. Vous restez donc passible de la sanction prévue à l'article L654-15 du Code de commerce, qui punit d'un emprisonnement de 2 ans et d'une amende de 375.000 euros le fait pour toute personne d'exercer une activité professionnelle en violation notamment de l'article L653-8 du même code prévoyant l'interdiction de gérer une entreprise.

Concrètement, l'interdiction de gérer est l'interdiction d'exercer des fonctions de direction, d'administration ou de contrôle d'une personne morale (association, société, etc ...) pendant un délai déterminé. Un dirigeant peut néanmoins récupérer son autorisation de gérer une entreprise :

  • lorsque l'interdiction de gérer arrive à son terme ;
  • lorsque le jugement clôture la procédure collective pour "extinction du passif" ;
  • lorsqu'il obtient un relevé de déchéance du tribunal qui l'a condamné. Cette procédure s'offre au dirigeant lorsque la durée de la sanction n'a pas expiré, que la procédure n'est pas clôturée et qu'il accepte de payer au liquidateur judiciaire une somme que le tribunal appréciera comme étant suffisante ou non. Sa demande est examinée à l'occasion d'une audience en chambre du conseil, le dirigeant est entendu et l'avis du ministère public est recueilli.

Sachez que le portage salarial vous reste ouvert. Son fonctionnement est très simple : en accord avec votre entreprise cliente, vous faîtes appel à une société de portage qui joue un rôle "écran", en vous salariant durant vos missions. La société de portage salarial adresse votre facture d'honoraires à votre client, et vous délivre en contrepartie un bulletin en salaire mensuel. Votre revenu net salarié mensuel correspond environ à la moitié des honoraires facturés à votre client : 40 % à retrancher au titre des charges sociales, et entre 8 à 10 % pour les frais de gestion de la société de portage



Si vous n'êtes pas frappé d'une interdiction de gérer

La procédure de liquidation judiciaire peut durer assez longtemps et tant qu'elle n'est pas close, il existe toujours un risque que vous soyez frappé d'une interdiction de gérer. Le plus prudent est d'attendre la clôture de la procédure collective et en attendant, vous pouvez toujours recourir au portage salarial.

Une fois sa clôture prononcée, vous pouvez créer votre activité d'auto-entrepreneur sans attendre.

Attention au délai de carence

Si vous souhaitez reprendre une activité identique (même code APE) dans le cadre de votre auto-entreprise, vous devrez respecter un délai de carence qui comprend la fin de l'année civile en cours + un an. Par exemple, si vous avez mis fin à votre entreprise le 30 juin 2012, vous ne pourrez créer votre auto-entreprise qu'à partir du 1er janvier 2014.

En revanche, s'il s'agit d'une activité différente, il n'y a aucun délai de carence.



Guides pratiques à télécharger