Des conseils et astuces juridiques pour bien gérer votre entreprise au quotidien.

Télécharger mon guide

L'information juridique des entreprises, des associations, des salariés et des locataires

Franchise : comment choisir son emplacement ?


LES GUIDES JURIDIQUES DE L'ENTREPRISE



En matière de franchise, le choix du bon emplacement commercial est stratégique. Quelles contraintes faut-il respecter ? Quelles précautions prendre ?



Quelles contraintes faut-il respecter ?

C'est votre futur franchiseur qui va déterminer les règles que vous devez respecter :

  • l'emplacement possible : N°1, N°1 bis, N°2, quartiers périphériques à l'hyper centre-ville... Les meilleurs emplacements sont classés N°1 et se situent généralement dans l'une des rues principales d'un centre-ville, au sein d'un secteur piéton de préférence. Les emplacements situés dans les rues adjacentes à l'axe principal N°1 sont aussi classés en N°1bis. Quant à eux, les emplacements N°2 sont généralement situés à l'écart de l'axe principal ;
  • la surface nécessaire.

La majorité des franchiseurs ne cherchent pas le local avec vous, mais se déplace pour en valider un, parmi ceux que vous allez lui proposer. Vous devez donc vérifier que le local choisi remplit bien les critères du franchiseur.



Que faut-il vérifier lors de la recherche d'un emplacement ?

La première chose à faire est de vérifier que les locaux que vous visitez sont adaptés à votre activité. Vous aurez besoin de l'autorisation des propriétaires pour exploiter l'activité que vous souhaitez et dans le secteur de la restauration il est souvent difficile de l'obtenir. Pour certaines activités (restauration, coiffure...), vous aurez besoin d'une évacuation, ce que certains propriétaires s'abstiennent de vous signaler. La meilleure solution est alors de louer un emplacement qui pratiquait déjà la même activité.

Certains projets sont soumis à l'autorisation de la CDAC :

  • la création d'un magasin de commerce de détail d'une surface de vente supérieure à 1 000 m² (construction nouvelle ou transformation d'un immeuble existant),
  • l'extension de la surface de vente d'un magasin de commerce de détail ayant déjà atteint le seuil des 1 000 m² ou devant le dépasser par la réalisation du projet,
  • tout changement de secteur d'activité d'un commerce de détail d'une surface de vente supérieure à 2 000 m². Ce seuil est ramené à 1 000 m² lorsque l'activité nouvelle du magasin est à prédominance alimentaire,
  • la création d'un ensemble commercial dont la surface de vente totale est supérieure à 1 000 m²,
  • l'extension d'un ensemble commercial réalisée en une ou plusieurs fois, de plus de 1 000 m²,
  • la réouverture au public, sur le même emplacement, d'un magasin de commerce de détail d'une surface de vente supérieure à 1 000 m² dont les locaux ont cessé d'être exploités pendant 3 ans.

Par exception, ne sont pas soumis à autorisation :

  • les pharmacies, les halles et marchés, les stations-services,
  • les magasins dans les gares ferroviaires (exemptés jusqu'à hauteur de 2 500 m²),
  • les regroupements de surface de vente de magasins voisins, sans création de surface de vente supplémentaire, dans la limite du seuil de 2 500 m². Ce seuil est réduit à 1000m² lorsque l'activité nouvelle est à prédominance alimentaire.

Pensez à vous rendre au service de l'urbanisme de votre ville afin de connaître les projets et travaux prévus dans la zone dans les années à venir. Vous pouvez également faire pratiquer une étude de chalandise.

Une fois l'emplacement choisi, vous n'aurez plus qu'à faire venir le franchiseur pour validation.



Le franchiseur peut-il imposer ou refuser le local choisi par le candidat ?

Le franchiseur a toujours son mot à dire sur l'emplacement de son futur franchisé. Il ne peut accepter un local qui ne correspond pas au modèle économique développé (passages piétons, caisses, véhicules...) comparés aux unités pilotes.

Il peut donc valablement refuser un emplacement, du moment que son refus s'appuie sur des critères factuels.

Devenir franchisé

A TÉLÉCHARGER

Comment recouvrer un impayé facilement ?

Pour que les impayés restent sans risques sur votre trésorerie, vous devez systématiquement mettre en place une procédure graduée : relances écrites ou téléphoniques, mise en demeure puis action judiciaire.

Gérer un compte courant d'associé

L'ouverture et la gestion d'un compte courant d'associé ne nécessitent aucune formalité particulière. Mais le compte courant d'associé fait l'objet d'une règlementation stricte.

Rémunérer un gérant de SARL

S'il exerce des fonctions distinctes de son mandat social, le gérant d'une SARL a la possibilité de percevoir une rémunération. Dans certains cas, il peut également cumuler son mandat social avec la conclusion d'un contrat de travail.

Dividendes : mode d'emploi

Lorsqu'une société réalise des bénéfices ou qu'elle dispose de sommes distribuables, les associés peuvent décider de s'en attribuer une partie en se versant des dividendes. La procédure de distribution varie suivant la forme juridique de la société.

Comment céder des parts de SARL ?

L'associé de SARL qui souhaite céder ses parts sociales doit respecter certaines formalités. En particulier, la cession des parts nécessite l'obtention d'un agrément des autres associés lorsqu'elle est réalisée au profit d'un tiers.

Réaliser les formalités de création d'une SARL

Les premières formalités à accomplir débutent dès la rédaction des statuts : nomination du gérant, dépôt des fonds correspondant aux apports en numéraire, enregistrement des apports en nature...

Comment dissoudre une SARL ?

La procédure de dissolution d'une SARL doit obligatoirement se décomposer en trois étapes : le prononcé de la dissolution et l'ouverture de la liquidation, le déroulement des opérations de liquidation et, enfin, la clôture de la liquidation.

Réaliser une assemblée annuelle de SARL

La tenue d'une assemblée générale annuelle est obligatoire dans toutes les SARL. Pour sa validité, il est important de respecter un certain formalisme, avant, pendant et après son déroulement.

Fiche conseil précédente


Le contenu du contrat de franchise
Fiche conseil suivante
Les obligations du franchiseur