Comment évaluer un fonds de commerce ?

Pour évaluer le fonds de commerce d'une entreprise, il faut d'abord devoir effectuer un certain nombre de diagnostics. Vous pourrez ensuite calculer le prix de votre fonds de commerce en utilisant l'une des méthodes d'évaluation que nous vous présentons ci-dessous.

Les éléments à prendre en compte pour évaluer un fonds de commerce

Afin de procéder à l'évaluation d'un fonds de commerce, il est nécessaire de déceler ses points forts et ses points faibles. Ces derniers vont ensuite donner lieu à des retraitements comptables, par le biais de minorations ou de majorations de la valeur brute du fonds.

Pour le bilan, les éléments qui donnent généralement lieu à des retraitements sont les suivants :

  • l'état du matériel et des locaux : comparaison de leur dépréciation réelle avec les amortissements pratiqués ;
  • le matériel mis gratuitement à la disposition du fonds de commerce ;
  • la nécessité de mettre à niveau le matériel et le personnel, exclusion des stocks que le repreneur ne souhaite pas reprendre...

Pour le compte de résultat, les retraitements concernent le plus souvent les postes de frais généraux et de personnel, car des frais sont généralement trop ou pas assez pris en comptes :

  • loyers versés à des SCI familiales faibles ou importants,
  • faible ou forte rémunération du dirigeant,
  • personnes faisant partie de la famille non ou trop rémunérées...

Le diagnostic commercial dans l'évaluation d'un fonds de commerce

Vous devez ici évaluer :

  • la position de l'entreprise sur son secteur d'activité. S'agit-il d'un marché en pleine expansion ou vieillissant ? Par ailleurs, si l'entreprise dispose d'un nombre restreint de gros clients, elle présente un risque élevé de faillite. Il faut donc le prendre en compte dans l'évaluation et appliquer une décote ;
  • les produits proposés par l'entreprise. Même si les produits de l'entreprise connaissent aujourd'hui un certain succès, il est possible qu'ils déclinent par la suite. Pour cela, il est important de bien les placer sur leur courbe de vie. S'ils sont déjà en phase de maturité ou de déclin, il faut s'assurer que l'entreprise a déjà prévu le renouvellement de ses produits. A défaut, il faudra appliquer dans l'évaluation une forte décote ;
  • la réglementation applicable aux produits développés par l'entreprise. Certains produits sont régis par une réglementation particulière, susceptible d'évoluer et de mettre en place des contraintes supplémentaires et des restrictions.

Le diagnostic des moyens dans l'estimation d'un fonds de commerce

Pour cette étape, il est généralement nécessaire de faire appel à un expert pour analyser :

  • l'immobilier du fonds de commerce. Vérifiez l'état des locaux et des éventuels travaux à prévoir en réalisant une estimation auprès d'un agent immobilier ;
  • le matériel, les installations, leur équipement et leur mode de financement. Il faut aussi chercher à aller plus loin en se posant les bonnes questions : la production est-elle spéciale, standard, en série, saisonnière... ? Existe-t-il des procédés meilleurs ou moins coûteux ? Utilise-t-on les outils de production au maximum de leurs capacités ? L'entreprise est-elle en mesure de mettre en oeuvre des nouvelles technologies avec son personnel actuel ? ;
  • la valeur des stocks du fonds de commerce.

Le diagnostic des ressources humaines dans l'évaluation d'un fonds de commerce

L'objectif est de déceler les risques sociaux qui pourraient se présenter :

  • renseignez-vous sur les éventuels conflits présents et passés et tentez d'en trouver les causes ;
  • si possible, analysez la situation de chaque salarié, pour apprécier leur travail et leur adéquation à leur fonction, à leurs objectifs et aux besoins de l'entreprise ;
  • procurez-vous la pyramide des âges de l'entreprise pour savoir quels salariés vont bientôt partir à la retraite et entraîner des coûts pour l'entreprise ;
  • comparez certaines informations avec les autres entreprises du même secteur d'activité : politique de rémunération, taux d'absentéisme, niveau de qualification... Si des réajustements de rémunération doivent être effectués, une décote sera à prévoir ;
  • prenez connaissance des contrats de travail particuliers qui peuvent générer des coûts à venir (durée de préavis et indemnités de licenciement supérieures aux obligations légales), et de l'absence de clauses de mobilité empêchant l'acquéreur de transférer le personnel où il le souhaite ;
  • mesurez l'impact de votre départ sur l'entreprise : votre départ risque-t-il d'être préjudiciable à votre activité ? Y a-t-il un numéro 2 pour vous seconder ?

En cas de besoin, notre partenaire peut vous accompagner dans la cession de votre fonds de commerce : cédez votre fonds en quelques clics.

Le diagnostic juridique dans l'estimation d'un fonds de commerce

Vous devez ici :

  • identifier les facteurs de risques liés au droit des sociétés : pacte d'actionnaires, dilution du capital entre de nombreux actionnaires... ;
  • étudier le niveau du capital et ses évolutions : transactions, cessions d'actions, augmentations de capital et primes d'émission... Vous pourrez alors connaître la valeur donnée à votre fonds de commerce ;
  • prendre connaissance des contrats engageant l'entreprise à long terme, de ceux contenant des clauses particulières (clause d'exclusivité, caution ou nantissement, conditions de résiliation) et de ceux liés à la personne du dirigeant ;
  • étudier les contrats de location et notamment le bail de l'entreprise : durée, montant et conditions de paiement et de réévaluation du loyer, conditions d'exercice de l'activité, répartition des charges entre le bailleur et le locataire ;
  • prendre connaissance des contrats d'assurance : contrats en cours, sinistres non couverts, sinistres survenus ;
  • analyser la réglementation de l'activité : respect des conditions d'exercice, labels, normes, demandes d'autorisation à renouveler ou à reconduire ;
  • identifier les litiges et procès en cours ou prévisibles, en évaluant leurs conséquences financières ;
  • examiner les titres de propriété du matériel, des immeubles, brevets et marques ;
  • prendre connaissance des conditions bancaires et des contrats de crédit en cours.

Le diagnostic comptable et financier dans l'évaluation d'un fonds de commerce

Le diagnostic comptable a pour but de s'assurer que les documents comptables sont dignes de confiance : comptes annuels, budgets, prévisionnels...

Le diagnostic financier permet d'apprécier la santé financière d'un fonds de commerce en étudiant sa situation patrimoniale et son équilibre financier, par l'analyse des résultats et de la rentabilité, et enfin par l'analyse de la capacité d'autofinancement par rapport à l'enveloppe globale du projet.

L'analyse de cette situation peut faire ressortir la nécessité pour l'acquéreur d'injecter des fonds dans l'entreprise pour retrouver un équilibre financier normal.

Les méthodes d'évaluation d'un fonds de commerce

Pour évaluer la valeur de votre fonds de commerce, plusieurs méthodes sont à votre disposition. Chacune de ces méthodes revêt des avantages et des inconvénients et les résultats chiffrés peuvent être assez disparates.

Par conséquent, il est intéressant de recourir à plusieurs méthodes et de comparer les différentes valeurs obtenues pour avoir une vue d'ensemble. A partir de ce constat, vous pouvez établir votre fourchette de prix de vente.

La valeur patrimoniale d′une entreprise

Sur la base du bilan comptable de l'entreprise, vous allez devoir analyser tous les postes de l'actif et du passif et apporter les corrections nécessaires pour avoir une image la plus fiable possible de la réalité économique du bilan.

Ce mode d'évaluation a tendance à être délaissé au profit de méthodes plus prospectives tenant compte non plus du patrimoine de l′entreprise, mais de sa capacité à générer des bénéfices et de la trésorerie.

La rentabilité de l'entreprise

On fixe le prix du fonds de commerce à un multiple de ses résultats (résultat net, résultat d′exploitation, marge brute d′autofinancement ou autre). Le coefficient multiplicateur va dépendre du secteur d'activité de l'entreprise : plus ce dernier est considéré comme risqué, plus le multiple est faible. Et surtout, une société est d′autant mieux valorisée qu′elle possède un fort potentiel de croissance.

Le vendeur doit ici choisir la base d′évaluation servant le mieux ses intérêts : si les derniers résultats n′ont pas été fameux mais les précédents meilleurs, il doit opter pour une estimation sur la moyenne des trois derniers exercices. A l′inverse, si les résultats progressent régulièrement depuis plusieurs années, les bénéfices de référence doivent être ceux du dernier exercice ou, mieux, les prévisionnels de l′année en cours.

Les flux de trésorerie prévisionnels

La valeur du fonds de commerce est égale à la somme des flux de trésorerie (cash-flows) prévisionnels susceptibles d′être dégagés au cours des cinq à dix prochaines années.

Pour calculer les flux de trésorerie, on utilise généralement le calcul suivant :

  • on additionne le résultat d′exploitation net d′impôts et les dotations aux amortissements et provisions ;
  • puis on déduit du montant obtenu les amortissements d′exploitation, l′augmentation du besoin en fonds de roulement et les investissements.

Il faut ensuite imaginer comment évolueront, sur l′horizon de temps retenu (le plus souvent compris entre cinq et sept ans), le résultat d′exploitation, les amortissements et provisions ainsi que le besoin en fonds de roulement. Puis, il faut chiffrer quels investissements (incorporels, corporels et financiers) seront nécessaires pour assurer la pérennité et le développement de l′entreprise.