Compte bancaire pour auto-entrepreneur : doit-il s'agir d'un compte professionnel ? - Aide juridique auto-entrepreneur en ligne gratuite

L'information juridique des entreprises, des associations, des salariés et des locataires

Un auto-entrepreneur a-t-il l'obligation d'ouvrir un compte bancaire professionnel ?


LES GUIDES JURIDIQUES DE L'ENTREPRISE

Depuis le 1 janvier 2015, la loi impose à l'auto-entrepreneur d'ouvrir un compte dédié à son activité.



Faut-il obligatoirement ouvrir un compte professionnel ?

Les auto-entrepreneurs, quel que soit leur domaine d'activité, doivent obligatoirement dédier un compte bancaire à la gestion des transactions financières liées à leur activité professionnelle, séparé du compte bancaire personnel afin que les transactions professionnelles et personnelles soient enregistrées de façon distincte.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi Sapin II, vous disposez d'un délai d'un an pour ouvrir un compte séparé à compter de votre immatriculation.

Ouvrir un compte bancaire dédié à votre auto-entreprise vous procure de nombreux avantages :

  • Vous pourrez isoler les opérations financières de votre auto-entreprise et déterminer si vous rentrez ou non dans vos frais. Sans cela, toutes vos recettes et dépenses se confondraient avec vos opérations personnelles.
  • Vous pourrez facilement tenir votre comptabilité et prouver son exactitude en cas de contrôle.
  • En cas de contrôle fiscal, il sera aisé de faire de distinguer les mouvements bancaires de l'auto-entreprise. Sinon, vous auriez à prouver chacune de vos entrées et sorties d'argent.

recouvrement des impayés et injonction de payer
impayé


Compte bancaire professionnel ou non ?

L'ouverture d'un compte bancaire professionnel est souvent bien plus coûteuse que l'ouverture d'un second compte bancaire personnel, même s'il vous fait bénéficier d'avantages supplémentaires : possibilité d'encaisser des chèques à votre nom commercial, de mettre en place un paiement en ligne (Contrat de Vente à Distance)... Chaque mois la banque facture un montant pour son service (même si aucun activité) de quelques dizaines d'euros.

Certaines banques ont développé des offres dédiées aux auto-entrepreneurs :

Pour limiter vos frais, la meilleure solution est d'ouvrir un second compte bancaire personnel. D'autant plus que vous n'avez pas forcément besoin d'un chéquier et d'une carte bancaire pour votre activité.
Vous pouvez ouvrir ce second compte dans votre établissement bancaire habituel mais il est possible que celui-ci refuse et vous propose d'ouvrir un compte professionnel. La solution est d'ouvrir ce second compte sans préciser qu'il sera destiné à une activité d'auto-entrepreneur ou de vous rendre dans un autre établissement bancaire, rien ne vous obligeant à détenir tous vos comptes au sein de la même banque.

Le seul inconvénient, c'est que vous ne pourrez pas encaisser de chèques à votre nom commercial.
Certains auto-entrepreneur contournent cette règle en laissant leurs clients émettre des chèques à leur nom commercial et rajoutent ensuite leur nom à la suite. Les banques tolèrent en général cela pendant un ou deux ans puis finissent par exiger l'ouverture d'un compte bancaire professionnel ou la fermeture du compte.



La banque en ligne : une bonne alternative pour l'auto-entrepreneur

Grâce à la banque en ligne, vous pourrez facilement ouvrir un compte bancaire (personnel) dédié à votre activité. Vous aurez un outil à la fois simple pour gérer votre comptabilité et en plus quasiment gratuit, contrairement à un compte bancaire classique où l'on vous facture carte bleue, conventions de compte, virements, etc…

Avantages d'une banque en ligne pour l'auto-entrepreneur :

  • Vous ouvrez votre compte sans changer de banque (vous gardez votre compte actuel)
  • Aucun frais à l'ouverture du compte
  • Carte bancaire gratuite
  • Majorité des services bancaires de tous les jours gratuits ou très peu coûteux

Votre client refuse de payer sa facture ?

En plus de perturber la gestion de votre entreprise, une facture impayée équivaut à une perte qui vous coûte cher. Les factures impayées poussent chaque année 15.000 d'entreprises au dépôt de bilan en France !

Mais un impayé n'entraîne pas seulement une perte de chiffre d'affaires. Outre le temps consacré à ce problème, vous devez également prendre en charge les frais de recouvrement liés à la procédure engagée. C'est pourquoi il est important d'agir dès les premiers signes d'impayé.

Le guide "Réussir à se faire payer" a précisément pour but de vous guider dans cette démarche.

A TÉLÉCHARGER