Des conseils et astuces juridiques pour bien gérer votre entreprise au quotidien.

Je télécharge mon guide

L'information juridique des entreprises, des associations, des salariés et des locataires

Franchise : avantages et inconvénients


LES GUIDES JURIDIQUES DE L'ENTREPRISE



Pour le créateur d'entreprise, la franchise présente de nombreux atouts puisqu'elle lui permet de bénéficier de la notoriété d'un concept qui a fait ses preuves. En contrepartie, il devra se plier à certaines contraintes.



Franchise : les avantages


L'exploitation d'un concept existant

Créer en franchise permet de bénéficier d'une marque et d'une enseigne à laquelle la clientèle est déjà sensibilisée. A condition de respecter les conditions prévues au contrat, le franchisé est censé atteindre le même niveau de performance que celle enregistrée par l'unité pilote et les autres points franchisés du réseau. Il se voit également transmettre l'expérience du réseau en termes de marché, de savoir-faire, de produits, de gestion des approvisionnements, de marketing...

Le franchisé a ainsi tous les ingrédients pour réussir. Les chiffres le prouvent : là où environ la moitié des entreprises font faillite dans les 5 premières années, ce taux tombe à 20% en moyenne pour les commerces en franchise… Mais la réussite nécessite du travail et de l'implication.


Une assistance permanente du franchisé

L'assistance du franchisé démarre bien souvent avant la création de son affaire : prise en charge des frais d'étude de marché, conseils juridiques, préparation du dossier financier... Après le lancement, un suivi est généralement assuré par le franchiseur.

L'assistance revêt ensuite diverses formes : formation continue, assistance technique et juridique, aide à la gestion des stocks et à la gestion de la trésorerie, visite régulière d'un animateur de réseau chez le franchisé, fourniture d'un manuel opératoire constamment remis à jour, un système de hotline ou d'intranet...


La possibilité de s'appuyer sur l'expérience des autres franchisés

En créant une entreprise en franchise, le franchisé devient membre d'un réseau au sein duquel il pourra s'appuyer sur l'expérience, l'aide des autres franchisés et de son franchiseur.

En contrepartie d'une faible participation financière, il bénéficiera des campagnes nationales mises en place par le réseau alors que le simple créateur d'entreprise doit souvent attendre plusieurs années avant de pouvoir mettre en oeuvre sa première campagne publicitaire. En ce qui concerne les achats, la force d'un groupe permet de négocier des prix concurrentiels.


La création d'une entreprise indépendante

Le franchisé s'engage à reproduire le modèle commercial du franchiseur mais reste indépendant : il crée sa propre structure (EURL, SARL, SA, SAS...) et conserve la maîtrise de tous ses éléments constitutifs. Il est éligible aux aides à la création d'entreprise au même titre que n'importe quel entrepreneur.

Comme il est propriétaire de son fonds de commerce (sa clientèle incluse), il peut en disposer et le céder librement.



Franchise : les inconvénients


La nécessité de s'acquitter d'un droit d'entrée et de redevances mensuelles

Dès la signature de son contrat, le franchisé doit s'acquitter d'un droit d'entrée qui couvre l'accompagnement au démarrage du nouveau franchisé, la formation initiale au cours de laquelle le savoir-faire est transmis et le droit d'exploitation du concept sur une zone d'exclusivité donnée.

Une fois l'activité lancée, le franchisé devra encore verser des redevances mensuelles au franchiseur ou royalties. Celle-ci peut être forfaitaire ou calculée sur la base d'un pourcentage du chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise.

Et pour financer les campagnes de communication, le franchisé doit cotiser via une redevance spécifique.


Le respect des conditions imposées par le franchiseur

Le franchisé est soumis à des règles plus ou moins strictes, destinées à maintenir la réputation du réseau. Ces conditions peuvent notamment s'exprimer par des instructions sur l'aménagement du point de vente, l'existence de clauses de non-concurrence ou d'approvisionnement exclusif ou d'obligations liées à l'utilisation du savoir-faire transmis.

Et pour vérifier que le franchisé remplie bien ses obligations, le franchiseur procède à des contrôles pouvant prendre la forme d'un droit de visite sans information préalable ou d'enquêtes de satisfaction réalisées auprès de la clientèle. La liberté du créateur est ainsi limitée.


La nécessité d'obtenir l'accord du franchiseur pour revendre son affaire

Le franchisé qui souhaite changer d'activité ou partir à la retraite ne peut pas vendre son affaire comme il le souhaite. Le candidat à la reprise doit obligatoirement obtenir l'assentiment du franchiseur.

Devenir franchisé

A TÉLÉCHARGER

Comment recouvrer un impayé facilement ?

Pour que les impayés restent sans risques sur votre trésorerie, vous devez systématiquement mettre en place une procédure graduée : relances écrites ou téléphoniques, mise en demeure puis action judiciaire.

Gérer un compte courant d'associé

L'ouverture et la gestion d'un compte courant d'associé ne nécessitent aucune formalité particulière. Mais le compte courant d'associé fait l'objet d'une règlementation stricte.

Rémunérer un gérant de SARL

S'il exerce des fonctions distinctes de son mandat social, le gérant d'une SARL a la possibilité de percevoir une rémunération. Dans certains cas, il peut également cumuler son mandat social avec la conclusion d'un contrat de travail.

Dividendes : mode d'emploi

Lorsqu'une société réalise des bénéfices ou qu'elle dispose de sommes distribuables, les associés peuvent décider de s'en attribuer une partie en se versant des dividendes. La procédure de distribution varie suivant la forme juridique de la société.

Comment céder des parts de SARL ?

L'associé de SARL qui souhaite céder ses parts sociales doit respecter certaines formalités. En particulier, la cession des parts nécessite l'obtention d'un agrément des autres associés lorsqu'elle est réalisée au profit d'un tiers.

Réaliser les formalités de création d'une SARL

Les premières formalités à accomplir débutent dès la rédaction des statuts : nomination du gérant, dépôt des fonds correspondant aux apports en numéraire, enregistrement des apports en nature...

Comment dissoudre une SARL ?

La procédure de dissolution d'une SARL doit obligatoirement se décomposer en trois étapes : le prononcé de la dissolution et l'ouverture de la liquidation, le déroulement des opérations de liquidation et, enfin, la clôture de la liquidation.

Réaliser une assemblée annuelle de SARL

La tenue d'une assemblée générale annuelle est obligatoire dans toutes les SARL. Pour sa validité, il est important de respecter un certain formalisme, avant, pendant et après son déroulement.