Apport en capital et apport en compte courant d'associé - Assistance juridique entreprise gratuite
Restauration
rapide
Gîte et
chambre
d'hôtes
Services à la
personne
E-commerce
Recouvrer
une dette
Rémunérer un
gérant de SARL
Gérer un
compte courant
d'associé
Dividendes :
mode d'emploi
Réaliser une
assemblée
annuelle de
SARL
Céder des
parts
de SARL
Céder un fonds
de commerce
Rompre un bail
commercial
Dissoudre une
SARL
Démission d'un
gérant de SARL
10 astuces
pour éviter
les impayés
Organiser une
manifestation
artistique
Créer
une SARL
Révoquer un
gérant de SARL
Augmenter le
capital d'une
SARL
Remplir la
déclaration de
TVACA12
Modifier les
statuts d'une
SARL
Céder un bail
commercial
Dissoudre une
EURL
Formalités de
création
d'une SARL
Rédiger des
statuts de
SARL
Coiffure
Sous-louer un
bail commercial
Conclure un
contrat de
location-
gérance
Nommer le
gérant
d'une SARL
Se défendre
devant les
prud'hommes
Modifier un
contrat de
travail

Renouveler une
période d'essai

Rupture
amiable

Rompre une
période d'essai

Rompre un
contrat
d'apprentissage
Rupture
conventionnelle
Rompre un
CDD

Contester un
licenciement

Blâme et
avertissement
Mise à pied
disciplinaire :
mode d'emploi
Rétrogradation
disciplinaire
Mutation
disciplinaire
Licenciement
pour faute
Sanctionner un
salarié

Donner sa
démission

Apport en capital et apport en compte courant d'associé


Pour alimenter la trésorerie de la société, les associés ont la possibilité de faire des avances en compte courant. Quelles différences avec l'apport en capital ?



Apport en capital et en compte courant d'associé : différences

Si le statut fiscal de l'entreprise est celui d'une société commerciale (SARL, EURL, SAS ou SA, par exemple), le ou les créateurs doivent affecter un capital social, le plus souvent sous forme d'argent, appelé « versement du capital en numéraire ». Cette somme ne pourra être remboursée que lors de la dissolution de la société ou de la cession des parts sociales.

Les avances en compte courant sont des prêts réalisés par l'associé à la société. Ils sont en principe remboursables à tout moment, sauf dispositions conventionnelles ou statutaires contraires.



Apport en capital et en compte courant d'associé : choix


Avantages de l'apport en capital

L'apport en capital permet de renforcer les capitaux propres de la société et d'améliorer sa structure financière, ce qui lui permet d'obtenir plus facilement des ouvertures de crédit auprès des banques.

En outre, l'apport en capital ouvre droit à une réduction d'impôt sur le revenu si la société est une PME en phase d'amorçage, de démarrage ou d'expansion et respecte plusieurs conditions.


Avantages de l'apport en compte courant d'associé

L'ouverture d'un compte courant d'associé nécessite très peu de formalités : la signature d'une convention de compte courant (non obligatoire) et, dans certaines hypothèses, le respect de la procédure des conventions réglementées.

En tout état de cause, l'avance en compte est plus facile à réaliser qu'une augmentation de capital qui nécessite une modification des statuts avec les lourdeurs que cela entraîne (réunion d'une AGE, coût des formalités, etc.).

Les intérêts sont déductibles du résultat imposable de la société jusqu'à un certain plafond, à condition que le capital social soit entièrement libéré.

De son côté l'associé pourra bénéficier, si certaines conditions sont remplies, du prélèvement fiscal.



Apport en capital et en compte courant d'associé : l'intérêt du panachage

L'avance en compte est plus souple que l'apport en capital et présente des avantages fiscaux non négligeables. Mais elle ne doit pas s'y substituer en cas de besoin de financement chronique. Mieux vaut alors recapitaliser la société pour lui donner la surface financière adaptée aux nécessités de son développement et inspirer la confiance de ses partenaires (banques, fournisseurs…).

Lorsque la société est en bonne santé, il peut être intéressant de panacher apport en capital et avance en compte courant. Si plusieurs associés veulent investir ensemble dans une société avec des moyens différents, le fait de constituer un petit capital complété par des apports en compte courant permet de ne pas faire dépendre la part de capital détenue par chacun des associés du montant des fonds apportés.

Guides pratiques à télécharger